Back in France !!!

Ca y est c’est fini.

Retour hier soir à la maison après 6 semaines passées dans ce pays qui m’attire un peu plus chaque année.

J’ai bien entendu encore beaucoup de choses à vous raconter et je publierai au fur et à mesure de leur finalisation les quelques billets que j’ai en préparation. Il vous faudra juste être patient, je ne suis pas rapide 😉 .

Avant de vous parler des derniers jours partagés avec Jean-Philippe, (je pense qu’il fera lui aussi, comme l’an dernier un article sur son blog), je voudrais remercier tous ceux avec qui j’ai partagé ces six semaines. Rencontres fortuites comme ce « papy » Autrichien rencontré sur les bords d’Hodalen, le Norvégien qui m’a donné « la mouche », les jeunes Suédois avec qui j’ai échangé quelques mots sur les bords de la rivière Unsetta, ceux avec qui j’ai partagé de plus longs moments, Marc, Jean-François, Pierre, Nicolas, Jean-Philippe, bien entendu Morten le « patron » du camping Aakeroien et Hein, le garde-pêche.

Merci à vous aussi qui m’avez lu, écrit (j’ai énormément apprécié vos messages privés d’encouragement ou vos commentaires). Pour ceux qui m’ont envoyé par mp des questions, je ferai un petit topo récapitulatif de ce qui me semble important lorsque l’on envisage un voyage pêche en Norvège.

Le retour :

Jean-Philippe doit prendre l’avion mercredi 8 août à 12h45. Compte-tenu des prévisions météo pas terrible sur Tynset ce jour-là, nous décidons de quitter le camping mardi matin pour aller à Koppang et ainsi nous rapprocher de l’aéroport d’environ 170 km.

Nous quittons Tynset sans regret, les lacs d’Hodalen nous ayant donné les jours précédents des souvenirs pour le reste de l’année 😉

Photo prise « à la déconne », mais gros poisson quand même !

Le mien …

En float-tube sur les lacs, le bonheur.

Des images plein la tête

Arrivée à Koppang vers 9h30, on réserve une cabine au Trya Camping (c’est la même que celle que j’avais l’an dernier quand j’attendais Gus).

On va jeter un oeil à la rivière : c’est mort pour la petite rivière à truites que j’avais envisagée de pêcher. Elle est trop haute, trop torrentueuse, même en pêchant sur le bord, il sera quasi impossible d’attaquer le moindre poste.

Il nous reste la Glomma : elle aussi est trop haute mais reste néanmoins pêchable.

Retour au camping, on paye la cabine, on achète nos permis et … on casse la croûte :).

On part à la pêche. Inutile de vous dire que l’on ne fera pas de miracles : un ombre de 30 cm en noyée pour JP et rien pour moi sur le premier spot.

Je connais quelques petits bras entre des îles qui devraient être pêchables, je lui propose d’y aller. Nous y ferons pas mal de poissons,hélas petits , (max 27-28) mais avec une pêche intéressante puisqu’il faut pêcher la bordure en revers et ces diables de poissons attaquent à la vitesse V nos mouches et la recrachent encore plus vite.

Comme il pleut depuis ce matin, la partie de pêche se termine assez vite (aux environs de 18h00 quand même !! ce qui fait 6 heures de pêche sous l’eau…).

On rentre au camping, douche chaude, qu’est-ce que ça fait du bien 😉 et pour fêter la fin du séjour, on va s’acheter une bière au supermarché. La bière bue, vu qu’on est assez fatigué par tous ces jours de pêche et que ça fait un bail qu’on n’a pas bu d’alcool (c’est pas pour autant qu’on va intensifier l’entraînement 🙂 ), on est à moitié « crâmé ». Nous voilà bien si maintenant on se met des mines !!! 🙂 🙂 heureusement le repas qui suit nous remet vite d’aplomb.

Départ le lendemain matin vers 7h30 après le petit déj à la cabine.

Petit déj avant le départ

Arrivée à l’aéroport vers 10h30, on boit un café au Mac Do de l’aire d’autoroute qui est à quelques km, en refaisant le monde de la pêche … On est incorrigibles 🙂

Je « jette » Jean-Phi à l’aéroport et c’est parti.

Je m’arrête dormir en Allemagne après avoir redescendu la Suède, traversé le Danemark et pris le ferry.

Départ tôt le lendemain, il reste pas mal de km à faire mais 100% sur autoroute 🙂 .

Le programme du jour

Arrivée à la maison à 18h37. Je vide la voiture, met le waders à sécher pour la prochaine fois.

Terminus, tout le monde descend 😉

J’ai fait 6517 km en 6 semaines (dont 5000 de trajet). J’ai des milliers d’images dans la tête.

6517 km

Je ne sais pas où mes pas me mèneront en 2013. Mais même si l’envie de découvrir de nouveaux endroits me taraude, ça m’étonnerait que je fasse l’impasse complète sur la Glomma.

Glomma

A bientôt,

Patrick

ps : le plus dur reste à faire 😉 . Trier les photos et essayer de sortir un film « convenable » des heures que j’ai enregistrées sur la Go Pro ou sur mon caméscope.

 

3 commentaires.

  1. salut Patrick,

    j’ai suivi avec délectation ton périple, il me tarde de voir ce satané film… en tout cas, quel plaisir de lire et découvrir les anecdotes de ce séjour et puis avec JP, ce devait être quelques jours mémorables…je garde le souvenir de trop furtives rencontres…

    A bientôt

    Brice

Les commentaires sont fermés.